CAUSEUR
" Pierre Hanot a le style de son sujet : un argot classieux, brutal, poétique, celui qui court de Villon à L’Hôtel du Nord de Carné, la belle langue de tous les éclopés. "

(Jérôme Leroy, 03 01 2017)


OUEST FRANCE
" Un roman percutant, mais aussi plein d’amour et de tendresse pour un champion oublié. "

(Jean-Noël Levavasseur, 14/01/2018)


LA MARSEILLAISE
" Une langue drue et populaire sans jamais être vulgaire. "  (Jacques Lovichi, 25/11/2017)


DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE
" Un roman à hauteur d’homme, du peuple en l’occurrence, dans une écriture abrupte, gouailleuse. "

(François Montpezat, 21/01/2018)


LE CANARD ENCHAINE

" Porté par une langue de corps, de cœur, canaille et magnifique, l’écrivain rend honneur au gamin de Belleville. "

(Sorj Chalandon, 01/11/2017)


LE REPUBLICAIN LORRAIN
" Phrases choc, chapitres brefs, l'argot au service de la littérature… Gueule de fer est aussi une belle leçon d'écriture. "

(Marie Renaud, 05 novembre 2017)


L'ALSACE
" L'exercice est habile, poignant et rend enfin justice au grand Criqui, mort aveugle et oublié de tous en 1977. "

(Laurent Gentilhomme, 19 novembre 2017)


VIE NOUVELLE
" Loin des affèteries à la mode, la prose d'Hanot cogne aussi efficacement que son personnage. " 

(Roger Martin, Décembre 2017)


L'ESTRADE
" Pierre Hanot livre ici un récit inspiré et inspirant, loin de tout pathos, brut de décoffrage mais pas sans finesse, tantôt grinçant, tantôt tendre. "

(Benjamin Bottemer, Octobre 2017)