GUEULE DE FER (2017, Biographie romancée, Editions La Manufacture de livres)

Août 1914, le boxeur Eugène Criqui est mobilisé et envoyé au front. 6 mois plus tard, il est gravement blessé aux Eparges : mâchoire brisée, défiguré, bien que donné perdu pour son sport, le visage consolidé par une plaque de fer, il reprend la boxe dès 1917 et au bout d'un parcours extraordinaire de volonté, il conquiert le titre de champion du monde le 2 juin 1923 à New York. Un destin hors du commun, une histoire de survie et de résilience incroyables.


L'incipit :
À la terrasse du café La Vielleuse, sous l'auvent rouge crasseux qui le protège de la canicule de juillet, Eugène Criqui sirote sa menthe à l'eau. Dans son dos en salle on s'agglutine, une clientèle hétérogène d'ouvriers et d'artisans s'enfilant quelques godets encore de pinard avant que le soir et la nuit sans rêves ne surviennent. Le lendemain, rampeau, douze heures à trimer à l'usine ou dans la précarité des échoppes, puis différant le moment de rallier leur garni et leur progéniture, l'alcool à nouveau comme anesthésiant, l'ivrognerie en cataplasme.