CHANSONS URBAINES

Quand dès les années 70 il juge plus confortable de mettre ses poèmes en musique, Pierre Hanot va faire de la scène sa deuxième maison.
C'est l'époque du Blues Hypnotique et du Parano Band, groupe psychotrope avec lequel, au gré des tournées, il côtoie des artistes tels que Lavilliers, Higelin, Brigitte Fontaine, Sapho, Paul Personne, Charlélie Couture, Bashung, Willy Deville ou Luther Allison.
Une flopée de concerts suivra, dont plus de 200 en milieu carcéral, expérience atypique qu'il relatera en 2005 dans son livre Rock'n taules.
Se partageant alors entre littérature et musique, il écrit plusieurs romans tout en explorant différentes formules sur scène, du combo blues rock à la musique assistée par ordinateur.
2018, Hanot reprend la route, entouré d'un groupe solaire et généreux : nouvelles chansons, nouveaux textes, nouveaux arrangements, nouveaux horizons, de la poésie urbaine, des histoires de nuit et de dérives, la vie avec juste ce qu’il faut de surréalisme pour que ce ne soit pas du reportage.

THE BAND

Pierre Hanot : chant, guitare.
Guy Fritsch : basse, choeurs.
Pierrot Ennen : batterie.
Alain Brach : guitare.

Basse, batterie, guitares, à l'ancienne, mais les effluves blues, soul, rock ou arabisantes ont un furieux goût d'ici maintenant : Voyage métissé au pays de l'énergie et du groove, un gang compact, inspiré, assurant sans faille la protection rapprochée d'un chanteur charismatique en prise directe avec le public.

ILS EN ONT DIT

Le Monde : "Chroniques de la déglingue, voyage au bout de la nuit et autres bonheurs imparfaits constituent les axes autour desquels Hanot puise son inspiration".
Les Inrocks :" Superstar chez les détenus, Hanot écume les cours de promenade et les quartiers de haute sécurité".
Marie Claire : "Brûlant comme un alcool".
Ouest France : "Une tête de corsaire, un rock blues électrique et poétique".
Dauphiné Libéré : "Les mots, sur la musique, claquent comme des gifles".
Est Républicain : " Un blues âpre et énergique comme un carburant d'espoir".